X
Accueil
Documents
Formations
Articles
A propos
Contact

Catégorie : Aider la science

Don de cerveau

Mis à jour : 17/03/2021 - Temps de lecture : 2 minutes

Last Wish

Et si vous donniez votre cerveau pour qu’il fasse avancer la science ?

Le don post mortem de son cerveau pour la recherche scientifique vise à faire progresser la connaissance sur les maladies neurologiques tel qu'alzheimer, parkinson, ou encore la sclérose en plaques.

Cette possibilité de leg date de 2006, c’est sous l’impulsion d’association de patients souffrant de ses maladies que la banque nationale de cerveaux est créée.

Chaque année, le nombre personnes atteintes de maladies neurodégénératives, (ces pathologies dues à une atteinte de certaines zones du système nerveux) augmente. Le vieillissement de la population est l’une des causes, mais des facteurs génétiques et environnementaux entrent également en jeu.

La détérioration des cellules nerveuses (neurones) impacte fortement la qualité de vie des malades. Le cerveau représentant le centre de contrôle du corps, sa défaillance entraine par exemple des problèmes de mobilité, de perte de mémoire, de troubles du comportement et de la personnalité.

Les zones d’ombres sont encore très nombreuses sur ces maladies et elles justifient les recherches pour cerner les mécanismes à l’oeuvre. Le don de cerveau est nécessaire pour faire avancer les travaux des spécialistes.

La banque nationale de cerveaux a besoin à la fois de cerveaux ayant une maladie neurodégénérative, et de cerveaux de personne non atteinte par ces pathologies. Les personnes ayant souffert de maladie neurologique sont plus sensibles à l’importance de faire avancer les recherches et font plus facilement ce don une fois décédées. Toutefois, il est également important d’avoir des cerveaux sains pour effectuer les études.

En pratique

Il est impératif que le prélèvement du cerveau intervienne dans les 48 heures qui suivent le décès. Il doit être réalisé par un neuropathologiste dans un des 15 centres français spécialisés.

Une moitié du cerveau sera analysée sur place par le neuropathologiste. L’autre moitié sera envoyée à Paris, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, pour être conservée avec beaucoup de précaution et à très basse température. Les dons alimentent la cérébrothèque destinée aux chercheurs pour la recherche médicale.

Le corps est restitué à la famille, mais en moyenne l'organisation du don retarde les funérailles d'environ 48 heures. Le prélèvement du cerveau est réalisé grâce à une incision à l'arrière de la boîte crânienne, de sorte que le défunt reste présentable pour les proches.

Sous un délai de plusieurs mois, la famille pourra consulter le compte-rendu des recherches effectuées sur le cerveau de leur proche via le médecin désigné sur le consentement au don.

Le don du corps à la science et le don de cerveau ne sont pas compatibles, il faut se positionner pour l’un ou l’autre. Par contre, on peut se déclarer favorable au don d’organes et au don de cerveau. Cependant, s’il y a une possibilité de greffe d’organe ou de tissu, elle sera toujours prioritaire et dans ce cas le prélèvement du cerveau ne pourra pas être effectué.

Comment devenir donneur ?

Un consentement signé est enregistré dans une base de données sécurisée et le donneur reçoit un dossier comportant les instructions à suivre au moment du décès, et une carte de donneur. Tous les frais inhérents au don sont pris en charge par le Neuro-CEB (transports aller, retour et prélèvement). Cependant, ils n’incluent pas les frais de mise en bière, ni les soins de présentation (habillage, maquillage...) qui font partie des funérailles.

Pour en savoir plus et prendre contact vous pouvez vous rendre sur le site web du Neuro-CEB